La Lettre du DDEN n°166 nov. 2019

  • SOMMAIRE :
    * Accompagnateurs scolaires : Audition des DDEN par le Sénat
    * Etre directeur, directrice d’école aujourd’hui : un engagement difficile.
    * Comment la géographie influe sur les destins scolaires.
    * Maternelle à 3 ans, quel impact sur les communes.
    * La DIE, la dépense intérieure d’éducation.
    * JM Blanquer encourage les fondations.
    * Jeunesse été vie associative : budget en hausse
    * JM Blanquer au congrès du SI-EN-UNSA
  • Lire la suite de la lettre n° 166 dans la rubrique : 
    accès adhérents/ bulletin d'information

Proposition de loi votée au Sénat.

Proposition de loi votée au Sénat pour assurer la protection de la Conscience de l’enfant.

Le 29 octobre en séance plénière, le Sénat a adopté par 163 voix pour, 114 contre et 40 abstentions une proposition de loi tendant à assurer la neutralité religieuse des personnes concourant au service public de l’éducation. Le rapport de cette proposition mentionne : « Le but de la neutralité de l’École : la protection de la « Conscience de l’enfant » »

 Article unique : « Extension de l’interdiction des signes et tenues religieux ostentatoires à toute personne concourant au service public de l’éducation »

Objet : Le présent article vise à étendre l’interdiction du port de signes et tenues par lesquels une personne manifeste de manière ostensible son appartenance religieuse aux intervenants et accompagnants d’une sortie scolaire
  • Article additionnel pour Wallis et Futuna
 Vous trouverez, joint à cette circulaire, le rapport fait au nom de la Commission de la Culture, de l’Education et de la Communication http://www.senat.fr/rap/l19-083/l19-0831.pdf

Dans la circulaire 51_2019 du 17 octobre vous trouverez le résumé des propos tenus pour les DDEN devant la Commission de la Culture, de l’Education et de la Communication.

Le pouvoir législatif, dévolu aux deux assemblées représentatives vote les lois, en toute indépendance au regard de la séparation des pouvoirs. L’Assemblée nationale, dans les prochains jours, devrait se prononcer, de façon autonome, sans pression de l’Exécutif, sur cette proposition adoptée par le Sénat.

« Toute société dans laquelle la garantie des droits n’est pas assurée ni la séparation des pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution » (Article 16 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789).

Article publié par la fédération des DDEN 

La Lettre du DDEN n°165

SOMMAIRE
1-ALLIER : 2 élèves mis « au pain et à l’eau » à la cantine
2-FCPE : un mauvais coup contre l’école publique
3-Autisme : le fonctionnement des unités d’enseignement revu et précisé
4-Cantine à un euro : villes précisées
5-INSPE et nouvelle formation des enseignants
7-Plan Pauvreté : les mesures intéressant l’Education
8-Kit sécurité pour la rentrée
9-Plan d’action pour nos campagnes
10-Sport à l’Ecole : réponse du ministre
11-ANATEEP : Sans ceinture, non au futur

Voir la suite sur le site interne de l’Union des DDEN87 .

 

Les sorties scolaires

Communiqué de la fédération des DDEN concernant les sorties scolaires

Les DDEN mobilisés pour accompagner les sorties scolaires
Dans la Constitution de la République Française, l’École est Laïque.
Lors de son congrès national à Rennes, la fédération des Délégués Départementaux de l’Éducation Nationale (DDEN) a adopté une motion visant la reconnaissance de la fonction de bénévole intervenant dans les écoles publiques, inscrite dans le Code de l’Éducation et valable
sur tout le territoire de la République. Cette fonction serait applicable à toute personne intervenant dans l’école ou accompagnant les sorties scolaires.
Notre motion a été approuvée par toutes les organisations du Collectif laïque national. Il ne s’agit pas de mettre en avant ou de stigmatiser telle ou telle catégorie de personnes ou de les enfermer dans une communauté religieuse, philosophique ou autre, ni de leur revendiquer des droits spécifiques. Il s’agit avant tout de faire prévaloir la liberté de conscience des élèves et non les choix religieux des parents. Les sorties scolaires font partie de l’enseignement au même titre que les cours, c’est pourquoi, tous les intervenants doivent respecter une totale neutralité dans l’intérêt des enfants.
Le DDEN a une fonction officielle dans la communauté éducative. Il ne défend ni un groupe ni une corporation et œuvre bénévolement dans les écoles. Pour lui, la laïcité doit être l’objet d’une vigilance de tous les instants. C’est pourquoi, il est prêt à accompagner les sorties scolaires dans son département afin que les projets des enseignants qui programment de sortir de l’école puissent se dérouler en toute neutralité.
En acceptant la fonction de bénévole intervenant dans les écoles publiques, les DDEN volontaires pourront accompagner les sorties scolaires. Ainsi ils se feront un devoir de respecter, comme tous les intervenants permanents ou occasionnels, la laïcité de l’École.
Paris, le 27 septembre 2019.

Deux élèves de l’école primaire de St Pourçain s/Sioule « mis au pain et à l’eau »


Communiqué de l’Union des DDEN de l’Allier 

Lundi 9 septembre 2019, à l’heure du repas de midi, deux élèves d’une école de Saint Pourçain sur Sioule ont été mis à l’écart de leurs camarades à la demande du Maire et ont eu en guise de repas de midi, du pain et de l’eau, au prétexte que leurs parents n’avaient pas payé la cantine depuis plus d’un an.
Tout en reconnaissant une faute des parents, les DDEN estiment qu’en mettant ainsi à l’écart ces enfants, le maire les a de fait discriminés. C’est une violence psychologique d’autant plus insupportable au regard de ce qui leur a été servi. Ces enfants sont retournés dans leur classe sans le repas équilibré auquel tout enfant a droit.
Les Délégués de l’Education nationale de l’Union de l’Allier ne peuvent que condamner cette méthode et rappelle le rôle important de médiateur du DDEN de l’école. Si le Maire avait fait appel à celui-ci, nous sommes certains qu’une solution aurait été recherchée et trouvée.
Enfin, à cette malheureuse occasion, il parait plus qu’utile de rappeler que le 20 novembre prochain nous célébrons les 30 ans de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant, adoptée à l’unanimité par les Etats membres des Nations Unies en 1989
Moulins, le 19 septembre 2019
Le Président de l’Union de l’Allier,
Michel DUPONT

 

Le Délégué n°260 septembre 2019

Edito du Président : 

De l’utilité sociale des DDEN, Notre association dite « Fédération des Délégués Départementaux de l’Éducation Nationale » fondée en 1906 sous le nom de «Fédération Nationale des Délégués Cantonaux» est dotée d’un statut d’organisme à but non lucratif dont le siège social est au Ministère de l’Éducation nationale. Sa durée est illimitée et elle est statutairement chargée de provoquer la constitution régulière des délégations et la création d’Unions départementales adhérentes pour la légitimer.
Notre Fédération est impliquée et engagée dans l’institution École où sont officiellement reconnues nos missions d’intérêt général et d’utilité publique. Ces missions d’utilité sociale, d’intérêt général et d’utilité publique sont fondamentales pour la société et, particulièrement pour l’enseignement public, première institution de la République. C’est bien à partir de notre fonction officielle que notre Fédération contribue, par le don de temps et l’engagement de ses DDEN, à la mobilisation d’un militantisme à but non lucratif.
Cet engagement altruiste permet de concrétiser nos valeurs, et d’impliquer les DDEN sur des sujets clés, chers à l’École publique laïque, par des actions associatives complémentaires tels nos concours nationaux : « Se construire Citoyen » ou des « Écoles Fleuries » pour éduquer à la citoyenneté et à la laïcité ou encore, au développement durable. Evidemment, certains de ces bénéfices humains ne sont pas forcément directs et immédiats. La plus-value de nos engagements bénévoles et solidaires se mesure sur le long terme. La solidarité ne se décrète pas, mais se construit pas à pas et dans la durée de nos actions de mécénat. Dans un environnement de plus en plus individualiste, notre engagement associatif participe à la promotion de la citoyenneté. Il est indispensable de multiplier ces actions pour les rendre inspirantes, visibles et les concrétiser avec des DDEN d’origines professionnelles diverses représentant toute la société civile à l’intérieur de l’École. L’École publique est le but et le moyen de notre action de DDEN où nous n’avons aucun intérêt politique, syndical ou économique à défendre, hormis celui du bien-être des jeunes enseignés. Nous pouvons ainsi, forts de nos compétences, développer de plus en plus un rôle de médiateur entre les divers partenaires au sein du Conseil d’école, où nous sommes nommés officiellement.
Le DDEN a aussi l’obligation de défendre et promouvoir la laïcité car l’École publique a la précieuse mission, fondamentale et fondatrice, d’instruire et d’éduquer des citoyens, maîtres de leur destin et capables d’autonomie de jugement pour leur émancipation. Elle a aussi la mission d’élaborer la conscience d’un projet commun national, associée à la République et aux principes qui la fondent. Elle est en ce sens génératrice du vivre ensemble des citoyens en devenir. Le lien consubstantiel entre l’École et la République oblige constitutionnellement les collectivités publiques : « L’organisation de l’enseignement public gratuit et laïque à tous les degrés est un devoir de l’État ».
C’est lorsque l’on renonce aux idéaux des fondateurs de l’École publique laïque que l’on met en péril l’école. Cette école de la République est seule apte à former les futurs citoyens libres de penser et capables de se déterminer par eux-mêmes.
Le rôle émancipateur de l’École de la Nation se doit d’assurer l’égalité en éducation des citoyens contre la sélection sociale, propre à l’école privée, génératrice d’inégalités diverses. L’École laïque et républicaine ouverte à toutes et tous, sans distinction d’origine, de condition et conviction est la base essentielle pour construire une nation qui tende vers la paix, la sérénité et la confiance.
Pour nous DDEN, « Liberté-Égalité-Fraternité » restent les valeurs intangibles de la République et seule, l’École publique, laïque solidaire et sociale, reste la voie privilégiée pour répondre à cette ambition primordiale.
16 août 2019